Numeriblog Produits Google Google Cloud Platform La révolution Cloud version simplifiée

La révolution Cloud version simplifiée

Récemment, plusieurs articles à propos du cloud sont sortis sur Numeriblog. C’est le cas notamment de la révolution Cloud. Si vous êtes développeur, cet article vous a sûrement été utile. Pour les autres, cela ressemble […]

personnes ont consulté cet article

4 minutes

Rédigé par Marin Micard - il y a 2 ans et modifié le 01/03/2024 à 11:38

Ce que vous allez découvrir

  • Pourquoi les entreprises doivent passer au Cloud ?
  • L’avantage du Cloud pour les éditeurs de logiciels
  • Lexique

La révolution Cloud version simplifiée

Récemment, plusieurs articles à propos du cloud sont sortis sur Numeriblog. C’est le cas notamment de la révolution Cloud. Si vous êtes développeur, cet article vous a sûrement été utile. Pour les autres, cela ressemble à du charabia. Rassurez-vous, c’est le cas pour la majorité d’entre nous. Si vous n’avez rien compris, cet article va tout vous expliquer avec des termes simples.

Cloud : stockage en ligne des données
Le cloud (nuage en français) rassemble des données stockées au-delà de vos appareils informatiques.

Dans l’article, une définition claire du cloud a été donnée, mais revenons aux bases. Le mot “cloud” signifie “nuage” en anglais. Il est utilisé comme terme marketing depuis plusieurs années pour désigner les données qui vont être stockées au-delà de votre disque dur ou de votre appareil (ordinateur, smartphone…). Or, tout ce qui s’exécute sur Internet peut être vu comme du cloud. Pour faire encore plus simple, le cloud vous permet d’accéder à n’importe quelle donnée et n’importe quel service de n’importe quel endroit, la seule chose dont vous ayez besoin est une connexion Internet. Revenons dans le contexte de l’article, « passer l’infrastructure dans le cloud » fait référence au Cloud utilisé par les entreprises pour réaliser tout type d’action allant de l’intelligence artificielle à l’hébergement de serveurs de fichiers. Il existe à la fois des fournisseurs de cloud privés et publics. Le cloud privé fournit tout simplement des services de cloud à un réseau interne (par exemple, votre entreprise). Le Cloud public est beaucoup plus large et désigne une véritable infrastructure informatique. À l’intérieur de cet espace, des fournisseurs vont rendre disponible des ressources via Internet. Parmi les ressources, nous pouvons citer des espaces de stockage (c’est le cas de Google Drive par exemple), des applications, des infrastructures permettant de digitaliser intégralement votre entreprise sans vous soucier des aspects physiques et coûteux de l’informatique. Le Cloud est de plus en plus présent dans nos vies. Vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous utilisez le Cloud à travers de nombreux produits comme Google Workspace, Amazon, WhatsApp, etc. Il existe plusieurs plateformes Cloud sur le Web, et c’est principalement grâce à elles que le Cloud devient si important dans l’informatique du 21e siècle. Parmi ces plateformes, nous pouvons citer Google Cloud Platform* (GCP), Amazon Web Services (AWS) et Microsoft Azure.

Pourquoi les entreprises doivent passer au Cloud ?

La question n’est d’ailleurs plus tellement de savoir pourquoi, mais plutôt quand. En effet, Les Directions des systèmes informatiques (DSI), c’est-à-dire ceux qui vont définir l’architecture du SI, le concevoir, le développer, le faire évoluer, se demandent encore s’ils doivent passer toute leur infrastructure dans le Cloud. Mais si l’on regarde de plus près, les suites bureautiques (Google Workspace, Microsoft 365…) ont déjà opéré cette transition vers le Cloud. L’offre de demain sera de toute façon liée au Cloud, via les plateformes citées plus tôt (par exemple GCP). Qu’est-ce que ça change concrètement ? Dans le cloud, il existe plusieurs services, nommées Iaas, Paas, et Saas. Dans un premier temps, l’Iaas fournit l’infrastructure informatique, c’est-à-dire la base. Dans cette infrastructure, il y a les serveurs, les services de stockage, les réseaux, bref les premières couches indispensables de la chaîne pour permettre à un service ou une application d’exister. Ensuite vient le Paas, une plateforme qui reprend la première infrastructure, et ajoute un système d’exploitation, une base de données, un serveur Web. Ces applications sont appelées “middleware”, ce qui signifie qu’elles font le lien entre le service Iaas, et le service Paas. C’est une évolution significative par rapport aux débuts du Cloud qui ne concernait que le stockage. Enfin, la dernière strate est le Saas. C’est le logiciel final qui reprend les étapes précédentes, et ajoute l’installation, la configuration, et la maintenance. Pour donner un exemple concret, Gmail est un Saas. La boîte de messagerie fonctionne d’elle-même, avec tous les services cités ci-dessus. De plus, un Saas est assez simple à comprendre et à apprivoiser, et ne nécessite pas de connaissances informatiques poussées. L’avantage évident des Saas est qu’il n’y a pas besoin de l’installer sur un navigateur pour en profiter. Pour reprendre l’exemple de Gmail, c’est frappant. Vous n’avez qu’à vous rendre sur Gmail, et vous pouvez utiliser le service directement. Tout étant géré par Google, vous avez simplement à vous connecter à votre compte, et vous pouvez profiter pleinement de l’application. L’intérêt est donc énorme pour une entreprise, qui n’aura plus à s’inquiéter du stockage, et à l’installation de toutes les applications.

Pourquoi les entreprises doivent passer au cloud ?
Cloud computing : les entreprises ont tout intérêt à migrer vers le cloud.

Autre point à aborder, le financement dans un système Cloud. En temps normal, une entreprise fait des paiements quotidiens et des investissements majeurs à long terme. Ces deux catégories se nomment OPEX et CAPEX (dépenses d’exploitation et dépenses d’investissements). Les OPEX représentent les dépenses les plus quotidiennes : vous avez besoin d’un produit, vous l’achetez. Vous devez payer votre salarié, vous lui envoyez son salaire. Les CAPEX représentent les investissements à long terme, ce qui ne garantit pas un retour sur investissement très rapide. L’avantage du Cloud est qu’il ne fonctionne qu’avec des OPEX, donc des charges simples, liées à un besoin direct. Pour notre article, voyez le Saas et les solutions Cloud comme des charges OPEX (vous payez un service extérieur, le cloud, pour gérer la partie informatique au lieu d’investir dans du matériel pour le gérer vous-même). Encore une fois, cela montre l’utilité pour une entreprise de privilégier le Cloud.

Image de référence

L’avantage du Cloud pour les éditeurs de logiciels

De plus, l’avantage pour les éditeurs de logiciels est également important. En effet, avant le Cloud, un éditeur développait ses logiciels, et demandait à ses clients de les installer sur leurs appareils et leurs infrastructures internes. Ce qui implique des coûts importants pour la maintenance des serveurs, l’installation, la sécurisation, sans oublier l’électricité utilisée, etc. De plus, les éditeurs devaient garder actives toutes les versions des logiciels parce que les clients n’utilisaient pas tous les mêmes. Le cloud résout tous ces inconvénients. La mise à jour est souvent automatique, l’installation n’est plus nécessaire, bref, c’est à la fois plus simple pour l’éditeur et le client, et moins coûteux, puisqu’il n’y aura presque plus besoin de techniciens en cas de problème : tout est automatisé.

De plus, les deux autres avantages ultimes du Cloud en plus des économies financières sont :

  • de pouvoir bénéficier des technologies les plus avancées (développées par Google notamment) en quelques clics.
  • de profiter du réseau Google Cloud réparti sur plus de 200 datacenters (centres de données) à travers le monde tout en rendant vos applications scalables en un instant. Par scalable, nous entendons que dans un SI classique, si votre entreprise double ses effectifs d’une année à l’autre, de nombreux investissements sont nécessaires afin que le matériel technique puisse répondre à la nouvelle demande (par exemple, augmenter la capacité du serveur). Avec le Cloud, c’est instantané, et vous n’avez rien à faire.

Nous savons que certains voient encore d’un mauvais œil cette transition vers le Cloud. Mais gardez à l’esprit que l’humanité a toujours connu des évolutions majeures. Par exemple, pensez à la révolution industrielle, avec l’apparition d’un réseau global d’électricité. L’idée était de ne plus produire sa propre électricité, mais de profiter d’une chaîne commune. Ici, c’est globalement la même chose. Pour une entreprise, au lieu de s’occuper de la sécurité et du fonctionnement de son propre réseau, les plateformes Cloud s’en chargent. Ainsi, l’entreprise peut se concentrer sur ce qui est vraiment important : son domaine et son corps de métier.

Lexique

  1. GCP : plateforme Google qui fournit des services (ou produits) de Cloud que les entreprises, les professionnels de l’informatique et les développeurs peuvent utiliser pour travailler plus efficacement. C’est en partie la même chose pour AWS et Azure, sauf que ces derniers sont proposés respectivement par Amazon et Microsoft.
  2. Iaas : Infrastructure as a structure.
  3. Paas : Platform as a service.
  4. Saas : Software as a service.
  5.  OPEX : OPerational EXpenditure.
  6.  CAPEX : CAPital EXpenditure.

Besoin d'un peu plus d'aide sur Google Forms ?

Des formateurs sont disponibles toute l'année pour vous accompagner et optimiser votre utilisation de Google Forms, que ce soit pour votre entreprise ou pour vos besoins personnels !

Découvrir nos formations Google Forms

Articles similaires

  • Articles connexes
  • Plus de l'auteur

Rédacteur

Photo de profil de l'auteur
Marin Micard

Journaliste et Rédacteur Web chez Numericoach

Marin Micard, 23 ans, Journaliste et Rédacteur Web chez Numericoach

S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires