Numeriblog Hors-sujet La pollution numérique : qu’est-ce que c’est ?

La pollution numérique : qu’est-ce que c’est ?

La pollution numérique est responsable de 3,7 % des émissions de CO2 dans le monde, soit 50 % de plus que le transport aérien (2,4 %). Cependant, la pollution numérique est un problème rarement identifié, […]

personnes ont consulté cet article

2 minutes

Rédigé par Thierry Vanoffe - il y a 2 semaines

Ce que vous allez découvrir

  • Mais qu'est-ce que la pollution numérique exactement ?
  • Comment réduire notre empreinte carbone numérique

La pollution numérique : qu’est-ce que c’est ?

La pollution numérique est responsable de 3,7 % des émissions de CO2 dans le monde, soit 50 % de plus que le transport aérien (2,4 %).

Cependant, la pollution numérique est un problème rarement identifié, et encore moins traité. Les gens pensent souvent que le streaming en ligne, l’envoi d’e-mails et la conduite de recherches en ligne n’ont aucun effet environnemental externe. Parce que la pollution numérique est invisible, elle est souvent sous-estimée.

La pollution numérique

Mais qu’est-ce que la pollution numérique exactement ?

La pollution numérique englobe trois éléments : la fabrication, les pratiques et les déchets électroniques. La fabrication et les déchets électroniques sont les éléments dont on parle le plus, et pour cause : à mesure que les appareils deviennent plus petits et que le nombre de composants internes augmente, la fabrication et les déchets environnementaux des appareils n’ont jamais été aussi importants. En effet, les téléphones portables utilisés dans les années 1960 n’étaient constitués que de 10 composants, alors que chacun des smartphones d’aujourd’hui en est composé d’environ 54. Les méthodes d’extraction des composants sont problématiques, et le fait que le nombre de composants requis augmente est également problématique.

L’énorme infrastructure Internet n’est souvent pas non plus prise en compte. Cela comprend des centres de données, des serveurs, des câbles sous-marins à fibre optique, des antennes relais, des boîtiers Wi-Fi et bien plus encore, qui traitent toutes les petites actions que vous effectuez en ligne. Ainsi, chaque fois qu’un e-mail est envoyé, il peut littéralement faire le tour du monde. En conséquence, l’envoi d’un e-mail standard peut produire 4g de CO2e tandis qu’un e-mail plus long avec des pièces jointes peut produire 50g de CO2e.

Ce n’est pas tout, chaque fois qu’une requête de recherche est effectuée, l’empreinte carbone générée et rejetée dans l’atmosphère par cette action s’élève à environ 0,9g de CO2, et chaque page Web qui reste ouverte doit se connecter en permanence à son serveur. Bien que regarder une vidéo en ligne semble inoffensif, c’est l’une des activités en ligne les plus intensives en CO2e, regarder une vidéo pendant une heure équivaut à libérer 130g de CO2 dans l’atmosphère ou à brancher un réfrigérateur pendant une année complète ! Le streaming est responsable de 60 % du trafic de données sur le Web, et la quantité totale de vidéos en ligne sur Internet équivaut à 1 % des GES mondiaux.

Comment réduire notre empreinte carbone numérique

Nous pouvons tous faire des efforts pour réduire nos déchets numériques, commencez par appliquer ces quelques astuces qui pourront bien changer le monde :

  1. Se désabonner des newsletters que vous ne lisez pas ;
  2. Évitez d’envoyer des images dans la mesure du possible. Utilisez des outils en ligne tels que Google Photos, ou un lien interne peut être fourni vers le dossier où se trouve l’image ;
  3. Enregistrez les sites Web fréquemment visités dans votre onglet de favoris ;
  4. Cliquez dans votre navigateur d’historique pour accéder directement à un site ;
  5. Tapez l’URL directement dans la barre d’adresse lorsque vous la connaissez ;
  6. Regarder des vidéos en basse résolution ;
  7. Réfléchissez bien avant de faire défiler les vidéos sur les réseaux sociaux ;
  8. Éteignez les caméras pendant les réunions, le cas échéant ;
  9. Supprimez les e-mails et les fichiers, le cas échéant, et évitez les doublons de fichiers.

Il existe d’autres petites mesures que nous pouvons chacun prendre pour réduire la pollution numérique dont nous sommes responsables, comme éteindre votre ordinateur à la fin de chaque journée et débrancher les ordinateurs et les téléphones lorsqu’ils sont complètement chargés. En termes d’actions de l’entreprise, une manière d’ancrer le changement est d’établir de nouvelles normes, de sensibiliser aux enjeux et de communiquer avec vos équipes.

Établissez de nouvelles règles pour tout le monde, afin que personne ne soit surpris si vous éteignez votre caméra pendant une réunion. Vous pouvez également organiser une journée de nettoyage numérique et impliquer tout le monde dans l’action, faire de la place et désencombrer votre stockage numérique, sur ordinateur, votre disque dur, le cloud et votre esprit !

Rédacteur

Photo de profil de l'auteur
Thierry Vanoffe

Thierry VANOFFE, consultant, formateur, coach Google Workspace CEO de Numericoach, leader de la formation Google Workspace en France. Passionné par Google, ce blog me permet de partager cette passion et distiller tutos, trucs, astuces, guides sur les outils Google. N'hésitez pas à me solliciter pour vos projets de formation.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires