Google Keep : une application sans fausses notes

2

La pensée est le laboratoire de notre âme. Nous faisons de nos journées, de notre vécu, une succession d’événements, parfois disparates. Face à de nombreuses situations du quotidien, nous avons de cesse de penser, de réfléchir et parfois même d’éluder nos problèmes. Mais ces idées sont souvent noyées dans le torrent de notre emploi du temps, qui disparaissent puis remontent à la surface bien souvent, trop tard. Nous n’avons malheureusement pas le temps ou les moyens de noter que l’épice dont nous avons besoin pour le poulet de dimanche c’est le paprika, qu’il faut passer prendre un colis dans la rue principale et qu’il s’agit, c’est maintenant que je m’en souviens, d’un magnolia grandiflora à l’entrée du parc municipal. 


Du papier à Google Keep

Alors je pourrai me balader avec mon calepin à la main et dès qu’une pensée toque à la porte de mon quotidien, je pourrai sortir ma plume et coucher mes vérités sur papier blanc. Je vais suggérer un petit peu plus de modernité pour ce début d’année 2020. Le papier c’est la vie, mais la vie ce n’est plus le papier. Don’t touch my tree. Je vous suggère cette semaine de nous intéresser à la petite, mais néanmoins complète, application Google Keep. 

Oubliez toutes vos applications de rappels et de pense bête, car notre cher ami de Mountain View a encore mis le paquet sur cette petite pépite. Déjà, je pense que pour beaucoup d’entre vous, Google Keep, n’évoque pas grand chose voir peut être rien du tout. Faites un effort, il s’agit de l’application Google jaune avec une ampoule ! c’est bon ? Éclairés ?

En préambule et je vous vois arriver, vous allez me parler immédiatement du retour de l’infatigable liste de tâches. Le serpent des mers obscures. Google l’avait mise au placard sans trop s’en occuper pour la ressortir, alléluia mes frères (c’est ironique), dans le nouveau panneau latéral disponible à peu prêt partout désormais chez Google. La liste de tâches est pour moi l’avènement de l’organisation digitale old school, là où Keep va évidemment beaucoup plus loin. On va en reparler. 

Tout sur Google Keep

Alors Google Keep c’est quoi ? on va la définir bêtement comme une application de prise de notes, évidemment collaborative et disponible via Chrome (il existe d’autres navigateurs?) ou sur smartphone (Android ou l’île grecque d’iOS). “Alors ok Sylvain, tu es sympa, tu présentes bien mais clairement si c’est juste pour prendre des notes ton bazar, bof”. Bof, oui. C’est ce que je me dis quand je regarde la concurrence là où mon petit joyau brille de mille feux. Nous sommes chez Google, mes apôtres. Je vais ici beaucoup plus loin qu’une simple liste de tâches ou de prise de notes. Explications.

Tout d’abord, je crée une note simple. Titre et contenu. Jusque là, je ne vous ai pas fait d’entorse au cerveau. Sinon, je vous laisse prendre les issues de secours qui se situent de part et d’autres de l’appareil (je fais les gestes mais vous ne me voyez pas, dommage). À travers cette note,  je peux lui associer un rappel. Ô quelle est brillante, cette idée ! Plutôt que d’engorger votre Agenda d’événements qui ne servent pas à grand chose, je vous suggère d’utiliser la fonction rappel des notes, grâce au symbole de la petite cloche. 

Oui avouez que pour me dire, en sortant du boulot de surcroît, d’aller acheter cette interminable liste de courses, c’est quand même bien mieux qu’un évènement dans mon agenda. Pour les plus ordonnés d’entre nous, Google nous a ressorti les fameux libellés ou “sous dossiers” pour ceux qui sont restés dans le wagon Microsoft. Pratique oui. Mais n’oubliez pas la barre de recherche. C’est mieux. Plus Google quoi.

Si cette liste est hyper importante, car en fait il s’agit du brunch de votre vie en présence de Madonna (Like a Virgin), le Pape François (Like a Virgin) et des Rolling Stones (Like a Rolling Virgin) vous pouvez toujours l’épingler et il ressortira Top of The Pops de vos listes situées sur le mainboard. Ma liste définitivement créée, je peux évidemment en faire désormais davantage avec les fameux trois petits points superposés. J’ai la possibilité de voir la vie en couleur et de teinter l’arrière plan de ma note d’un jaune poussin ou d’un bleu océan. Rolling Notes. 

Je peux bien entendu partager ma création avec toutes applications installées sur mon smartphone. Chose vraiment top, j’ai la possibilité lorsque je demande le partage, de copier le contenu de ma Keep dans un Docs. A savoir que la manipulation réciproque se vérifie aussi. Vous pouvez enregistrer du contenu d’un Docs dans une Google Keep. Double contact. C’est mieux que la barre de tâches n’est ce pas ?

Ma Keep peut être, et c’est là où cela devient palpitant, collaborative. Comme un Docs ou un SpreadSheet, j’invite des contacts à alimenter ma note. Idéal, pour le pot de départ de Jean Louis pour savoir qui fait le guacamole et qui surtout chante “ce n’est qu’un au revoir”. Passons.

Mais Keep n’est pas que du texte. L’application a désormais le biceps et les pectoraux saillants. Cette note peut avoir d’autres natures. Cela peut être une prise de note sous forme de dessin par exemple. Alors d’accord sur smartphone, à part dessiner un coeur ou un bonhomme c’est pas très efficace, mais sur tablette là oui c’est beaucoup plus sympa pour les fondus de l’index. Dessinez, c’est gagné. 

Mais creusons encore plus profond. Grâce à Google Voice d’intégré, vous avez la possibilité d’enregistrer un mémo vocal immédiatement retranscrit en version texte. C’est un grand OUI, forcément. Vous vous imaginez au bureau les mains sur votre clavier en pleine rédaction d’un compte rendu. Une lumière de génie vous arrive en plein visage et vous tenez l’idée qui fera que votre prochaine campagne de communication sera un carton. Alors jette toi sur ton smartphone, puis Keep puis mémo vocal. Partage-le à ton DirCom et à toi Las Vegas. Ou plutôt ton compte rendu, il faut pas exagérer. Mais c’est quand même ultra pratique non ? prends ça la liste de tâches…

Enfin, mesdames et messieurs le grand final. Sous un tonnerre d’applaudissements, Google Keep et sa reconnaissance de caractère. La foule en délire, constate en réalité que Keep permet d’intégrer une photo dans une note. Mais là où on touche au sublime, c’est qu’en cliquant sur l’image puis les fameux trois petits points en haut à droite du menu complémentaire, je peux “extraire le texte de l’image”. Utile quand je prends en photo un panneau publicitaire, une carte de visite…Etc.

Donc Keep désormais n’a plus de secrets pour vous. Enfin quasiment car les possibilités qu’offre cette application sont en fait assez colossales alor qu’à première vue on se dit “ouais, ok bon c’est comme les autres quoi”. Depuis quand Google fait comme les autres ? Il me semble que c’est plutôt l’inverse ces derniers temps. Prenez bonne note que Keep n’est pas une tache dans l’univers Google mais un trésor qui ne demande qu’à être mieux exploité.

Keep going Google.

Heartily

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

2 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour l’article détaillé. Mais une question cruciale reste ouverte : le transfert de notes Keep vers une autre application ou un autre compte Google ? Le format d’export HTML avec images dans un dossier n’est franchement pas facile à exploiter. Cette fonctionnalité est particulièrement importante quand on utilise Keep avec un compte GSuite professionnel et ce dernier n’est plus accessible après un changement d’organisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.