Le billet de François – Chromebook, l’informatique sans les problèmes

813 0

Ce n’est pas parce que l’on utilise un ordinateur que l’on est informaticien. Depuis plus de 30 ans, Microsoft n’a toujours pas compris ce principe et nous propose toujours un système d’exploitation où il faut sans arrêt attendre la mise à jour de ceci ou de cela. C’est vraiment pénible de ne pas pouvoir travailler dès que l’on démarre son ordinateur. Et c’est vraiment incroyable de devoir payer en plus pour les services de base comme la sécurité contre les virus et l’édition basique de texte et d’image. On peut considérer que c’est un passe-temps dans le cadre d’un usage grand public, mais c’est une énorme perte de temps et donc d’argent dans le cadre professionnel, et ce sans compter la frustration et la mauvaise humeur générée.

De son côté, l’offre mobile est très performante dans un certain nombre de circonstances, mais un téléphone, voire une tablette, ne suffit pas quand il s’agit d’élaborer un document professionnel tel un texte, un tableau de données, ou une présentation où il faut impérativement clavier et souris pour être réellement efficace et précis.

C’est là que le Chromebook entre en jeu. Vous démarrez un Chromebook, en moins de 10 secondes vous pouvez vous connecter, puis au bout de quelques secondes vous êtes sur votre compte et vous pouvez lancer l’application de votre choix et commencer à travailler tout de suite. Mais vous pouvez aussi vous interrompre sans souci : dans ce cas, vous fermez le capot de l’ordinateur, vous faites votre petit truc et quand vous le rouvrez, vous pouvez continuer là où vous en étiez en moins de 3 secondes. Et vous le faîtes avec un sentiment de totale sécurité dans la mesure où tout ce que vous faîtes dans le cloud est automatiquement enregistré en continu. Jamais vous n’êtes interrompu par une notification système incongrue et incompréhensible sur laquelle vous ne pouvez que cliquer OK. Et malgré des mises à jour très régulières, toutes les six semaines minimum, jamais celles-ci ne vous empêchent de travailler. Si vous éteignez régulièrement votre Chromebook, elles se font même silencieusement (téléchargement, installation et application immédiate au re-démarrage) sans vous interrompre ni vous perturber une seule seconde. En plus, comme vous utilisez des applications web, vous n’avez pas besoin de les mettre à jour puisque vous recevez de la dernière version à chaque fois que vous ouvrez leurs pages.

Comme le navigateur Chrome, les ordinateurs Chromebook répondent à trois priorités : rapidité, simplicité et sécurité.

Concernant la rapidité, le génie de Google consiste à créer des machines rapides sur des plateformes technologiques très économes et surtout à les rendre de plus en plus rapides au fil du temps grâce à de l’optimisation au niveau logiciel.

Concernant la simplicité ; il faut le vivre pour le comprendre. Mais quel bonheur d’avoir un ordinateur toujours disponible et qui ne plante pas. Quel bonheur pour les utilisateurs connectés de Chrome de retrouver tout leur environnement sans rien à re-paramétrer. Il est tellement simple qu’il est vraiment adapté pour tous : même les personnes âgées totalement réfractaires à l’informatique l’utilisent avec joie, telle ma maman avec son Acer R11. Elle accède et répond à son courrier électronique, consulte internet et utilise des services en ligne (banque, urssaf, impôts) et se distrait avec YouTube ou la TV d’Orange, avec comme seules préoccupations de charger la batterie de la machine et de se souvenir de son mot de passe.

Chromebook Acer R11
Chromebook Acer R11

Sur le plan de la sécurité, vous êtes blindés. D’une part, tout est crypté, et en plus, Google a mis en place plus d’une dizaine de niveaux de sécurité afin de protéger vos données. Dans ces machines, tous les processus sont isolés les uns des autres ; ils ne peuvent communiquer entre eux qu’avec votre autorisation expresse. Des mises à jour régulières et d’urgence sont garanties pendant plus de 5 ans à partir de la première commercialisation du modèle et tout le système (interface, coeur et bios) sont vérifié à chaque démarrage. C’est pourquoi je ne recommande pas de “tester” Chrome OS sur une machine qui ne soit pas un Chromebook : un, ce n’est pas possible car seul Chromium OS, la version open source, est disponible ; deux, la sécurité n’est pas totalement assurée ; et trois, la gestion de l’ordinateur par le système d’exploitation est moins bonne car pas optimisée.

Surtout que l’on peut se procurer un Chromebook pour très peu d’argent ; même les modèles entre 200 et 300 Euros fonctionnent très bien. C’était la volonté affichée de Google au lancement de ce système d’exploitation de pouvoir fabriquer des machines à coût réduit tout en restant dans des limites de spécification correctes pour un usage quotidien. Il est certain que cette politique a très bien marché, car on trouve beaucoup de modèles dans cette gamme de prix. Mais comme Google est en avance de 5 ou 10 ans sur tout le monde, ils ont sorti avec ce système d’exploitation des machines plus puissantes et innovantes tels le Pixelbook et dernièrement le Pixel Slate (l’un et l’autre non disponibles en France).

Pixel Slate sous Chrome OS
Pixel Slate sous Chrome OS

Si vous voulez en savoir plus, je vous recommande le site mychromebook.fr pour l’information et gowizyou.com pour un investissement professionnel 100% compatible G Suite.

Cet article a été rédigé et mis en ligne avec un Chromebook exclusivement.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

François

François

Fondateur de l'agence de marketing web Baccon.net et du forum pour Les Usagers De Google En France (ludgef.com)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :