Le billet de François : le handicap n’est pas un frein pour Google

488 0

Si l’on revient cinq minutes sur le credo officiel de Google : “Organize the world’s information and make it universally accessible and useful” (Organiser toutes les informations pour les rendre accessibles et utiles pour tout le monde), on se rend compte que la notion d’accessibilité est au cœur de l’ambition affichée du groupe. Comme il a très bien été démontré dans la session “What’s New in Android Accessibility” lors de la conférence Google I/O’19 (vidéo ici), le handicap nous concerne tous : entre la vieillesse, le milliard d’êtres humains conscients de leur handicap, nos proches et tous les cas d’empêchement temporaire (accident, maladie ou simplement pas assez de bras), la situation de handicap est plus une règle qu’une exception.

L’informatique et les innovations qui en découlent ont toujours suscité beaucoup d’espoirs pour ceux qui cherchent des solutions d’accessibilité. Sans jamais l’avouer, la notion de robot est le rêve ultime d’un corps mécanique palliant les déficiences de notre corps naturel. Concrètement, les premiers dispositifs informatiques directement liés au handicap furent les “plages braille” qui transcrivent un texte en ASCII (le codage informatique des lettres) en petits picots physiques qui correspondent au code braille (étendu sur huit picots au lieu de six). Malheureusement, ces appareils sont chers et aucun système d’exploitation ne les gère nativement ; il faut systématiquement ajouter un logiciel intermédiaire pour “lire l’écran”.

Heureusement, la science informatique a bien progressée ces dernières années, en particulier grâce à l’impulsion de Google et ses avancées dans le domaine de la “machine qui apprend” (Machine learning, qui est le terme qui correspond le mieux à l’état l’avancement, très précoce, de ce que beaucoup aiment appeler l’Intelligence Artificielle). Cela permet aujourd’hui de disposer d’outils qui couvrent un spectre bien plus large de déficiences sensorielles, et qui sont bien plus naturelles, dans le sens où elles ne nécessitent pas l’apprentissage d’un code spécial. L’ordinateur reconnaît maintenant ce que contiennent des images fixes ou animées, et il sait lire, parler et traduire. Et avec son Assistant, Google nous montre les prémisses de l’ordinateur qui répond aux questions et anticipe nos besoins.

Mais Google n’a pas attendu les progrès récents pour s’investir dans le domaine ; que ce soit le moteur de recherche depuis son origine, en passant par Gmail et tous ses autres produits et services, ils ont toujours respecté voire devancé les normes d’accessibilité. D’ailleurs, c’est un des nombreux critères qui déterminent la position d’une adresse internet dans la SERP (Search Engine Result Page) et l’accessibilité faisait partie des premiers tests implémentés dans l’outil de test de référence pour le web : LightHouse.
Ceux qui connaissent la mentalité Google ne seront pas surpris d’apprendre des depuis longtemps, des équipes testent et lancent des prototypes qui finissent en produit, ou sont intégrés dans des produits, pour les plus efficaces. Et dans sa logique du “mobile first”, Android permet à Google de faire de nombreuses avancées. Ainsi, l’application Gboard, le clavier de saisie virtuel, prend en charge la saisie gestuelle, la saisie vocale, le Morse et d’autres méthodes d’écriture. Sur Android, on trouve aussi des applications spécifiques, tels que l’Amplificateur de son, Lookout qui décrit l’environnement, la Transcription Instantanée qui écrit ce que les gens vous disent, Voice Access qui permet de commander le mobile à la voix, ou encore TalkBack qui lit l’écran.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site Google dédié à l’accessibilité à cette adresse : https://www.google.com/intl/fr/accessibility/
De plus, Google publie régulièrement des articles à ce sujet sur son blog The Keyword dans une rubrique spéciale : https://blog.google/outreach-initiatives/accessibility/ (en Anglais)
Enfin, Google propose un guide ultra complet, en Français, de toutes les fonctions liées à l’accessibilité dans G Suite, pour les utilisateurs finaux comme pour les administrateurs à cette adresse : https://support.google.com/a/answer/1631886?hl=fr

Est-il encore raisonnable de nier, et donc de se passer de l’intelligence d’une personne au prétexte qu’elle lise mal ou qu’elle soit sourde ?

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

François

François

Fondateur de l'agence de marketing web Baccon.net et du forum pour Les Usagers De Google En France (ludgef.com)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :