Le billet de François – L’image de Google

331 0

le 14/06/2019

Depuis l’origine, Google fait polémique : qui sont ces deux hurluberlus qui veulent détrôner Altavista et Yahoo! avec leur algorithme universitaire et leur ambition d’enregistrer tout l’internet ? Car Google, oui, est avant tout un concept fort dans un état d’esprit tout particulier, où le virtuel et l’abstraction sont rois : le monde des ingénieurs, où, veut-on croire, tout peut être rationalisé. Et pourtant, ce modèle original et semblait il incohérent a fait ses preuves sur le long terme. Aujourd’hui, malgré de constants efforts de normalisation, cette image porte encore préjudice à la start-up devenue multinationale.

Avec ce caractère, on aurait pu penser que Google ferait des efforts de communication pour traduire le langage et la pensée technologique pour n’importe quel quidam. Malheureusement, Google a adopté la politique inverse : communiquand pratiquement pas et “laissant les produits parler pour eux.” Tant qu’ils n’avait que le moteur de recherche, pas de problème ; mais maintenant que des milliards de personnes utilisent des produits Google, cette politique pose de plus en plus de soucis. Aujourd’hui encore, les interviews de googlers sont très rares et il n’y a jamais de communiqué ou de conférence de presse, à la limite un tweet. Sinon, pour avoir des nouvelles officielles du Groupe, il faut lire son blog ou se rendre dans une de ces conférence annuelles de présentation. Même leur sites d’aide, les manuels en ligne de leurs produits, sont des sources d’information importantes. Surtout que Google fait très rarement de la promotion de ses produits grâce à la publicité, sauf pour ces produits physiques.

De ce fait, certains se contentaient d’apprécier les services rendus et adoptaient Google, alors que d’autres, craignant pour leurs données privées et l’hégémonie d’une boite privée américain sur l’ensemble du net, se sont posés en adversaires. Les premiers ont bénéficiés d’un avantage économique, dans le sens où ils ont su augmenter leur productivité grâce à des produits surpuissants pour des coûts très faibles. Les autres bénéficient de la notoriété de la marque comme chacune de leurs attaques envers Google est relayée par la presse qui profite de l’engouement autour de Google pour “vendre du papier”, autrement dit, faire du blé avec leurs annonceurs publicitaires. En bien ou en mal, les gens aiment trop parler de Google ; et c’est là que l’on retrouve le paradoxe. Car les promesses de lendemains merveilleux sont parfois entendu comme des menaces tant les précédentes ont été décevantes : l’intelligence artificielle, fer de lance de la technologie Google, peut être perçu comme dangereuse ; perception alimentée par les fantasmes de la science fiction et les retours de flamme des avancées technologiques de siècle dernier, sans compter une tendance lourde pour un grand nombre de nos sociétés occidentales au repli identitaire et à l’obscurantisme.

Pour moi, Google symbolise la transition que l’humanité doit effectuer vers une nouvelle civilisation. Et si je devais comparer cette entreprise avec une oeuvre de science fiction, depuis longtemps, je pense qu’elle colle bien avec la machine de Le Monde des Ā écrit en 1945 par A. E. van Vogt (réf), qui sélectionne grâce à la sémantique les humains capables d’intégrer une nouvelle société libérée des affres de l’ancienne. Et si Google a l’image d’une entreprise si innovante qu’elle paraît avoir quinze ou vingt ans d’avance sur les autres, c’est surtout que depuis plus de vingt ans, nos sociétés se sont figées, principalement à cause d’industries, comme l’automobile, qui ne veulent pas faire cette transition.

D’autres entreprises du 21e siècle ont su proposer des offres tout autant innovantes, telles que Uber ou Amazon, mais aucune n’est aussi “polarisatrice” que Google, avec autant de partisans que de détracteurs farouches. C’est peut-être parce que Google a su se construire cette image, un peu ambiguë, un peu flou, et définitivement abstraite, qu’elle a tant marqué les esprits. Mais c’est peut-être aussi à cause de son succès, qui dans certain domaine confine à la domination sans partage : moteur de recherche, navigateur, système d’exploitation mobile, cartographie.

Néanmoins, Google n’est pas maîtresse de cette image, que son ambiguïté fragilise. Ils ont pris conscience de ce problème, car depuis peu, Google communique beaucoup plus sur les préoccupations des utilisateurs comme la sécurisation des données privées.

LUDGEF : le forum pour Les Usagers De Google En France.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

Notez cette information
[Total: 0 Average: 0]
François

François

Fondateur de l'agence de marketing web Baccon.net et du forum pour Les Usagers De Google En France (ludgef.com)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :