Le billet de François – Google Analytics facile, partie 1, le taggage

919 1

Premièrement, c’est quoi Analytics ? Au tout départ, c’est un outil pour remplacer les analyseurs de logs, c’est à dire un outil qui compile la multitude de données générées par l’utilisation d’un serveur web pour avoir une vision de ce qui s’y passe, ce qui permet d’analyser les points forts et les points faibles d’une publication sur Internet. Cette analyse directe des enregistrements techniques (les logs) du serveur était, il y a 20 ans, la seule méthode pour ce faire. Puis, sont apparus les compteurs de vues, et très rapidement des méthodes à base de tags. Un tag (une marque en Anglais) est un élément non visible sur une page Web qui envoie un signal quand la page est ouverte ou qu’une autre action se déroule sur cette page, suivant la complexité du code de ce tag. Les signaux sont regroupés par le service d’analyse qui n’en affiche que la compilation. Et c’est exactement ce que fait Google Analytics. Notez qu’aujourd’hui, Analytics peut gérer des signaux provenant d’autres sources, comme les applications mobiles, mais nous ne nous intéresserons qu’à la partie Web.

Logo Google Analytics

Donc, c’est un outil à forte valeur ajoutée pour tous ceux qui publient des choses en ligne. C’est gratuit tant que vous ne traitez pas des volumes “industriels” (plusieurs millions de clics par jour). C’est disponible pour tous les types de publications : blogs, sites e-commerce ou applications web ; sauf pour les documents directement publiés à partir de Drive. Et c’est une option bien en vue dans les grands outils de publication de Google que sont Google Sites et Blogger. 

Bien, c’est peut être exagéré de dire d’Analytics qu’il est un outil facile, mais il faut dire que Google met tout en oeuvre pour que ce soit le cas. En effet, le groupe de Mountain View propose tout un tas d’outils pour faciliter l’ensemble des processus autour de son service d’analyse. De plus, il est très aisé d’y lier d’autres services Google, tels que la Search Console, Google Ads ou YouTube. 

Alors, commençons par ce qui arrête trop souvent les candidats à l’usage d’Analytics : le taggage. Par définition, cela correspond au fait d’ajouter un bout de code sur TOUTES les pages de votre site. Dès que l’on a plus d’une dizaine de pages, cela peut paraître fastidieux, surtout si on veut le faire “à la main”. Mais c’est totalement inutile dans la grande majorité des cas, car la plupart des publications sont gérées par des CMS (Content Management Systems ou systèmes de gestion de contenus, en Français) comme Google Sites, Blogger, WordPress et autres Magenta qui disposent tous d’un champ dans leurs paramètres où il suffit de saisir (une fois) un simple code d’identification pour que le tour soit joué. 
Pour ceux qui ne veulent pas de CMS, Google propose un outil “magique” dédié entièrement au taggage : Google Tag Manager. Son intérêt principal est qu’il détache le taggage du webmastering ; en effet, un seul et même bout de code, identique sur toutes les pages, permet de gérer de multiples tags (Analytics et autres Amazon, twitter, etc), avec des actions différentes suivant les pages, et tout ça en ligne, à partir d’une console, sans jamais avoir à retoucher le contenu des pages. Cet outil est tellement magique que je recommande son usage même dans les CMS, si l’option est disponible. Cela vous permet de recueillir beaucoup plus d’informations avec un minimum d’efforts, tels que les clics sur des liens ou des actions sur des éléments de formulaire. L’outil est tellement modulaire que ses possibilités sont quasi infinies, mais cela le rend aussi un peu difficile à aborder en raison de l’abstraction très forte de ses concepts. La magie a toujours un prix …

Console Google Tag Manager

Toujours dans l’optique d’aider ses utilisateurs, Google propose aussi des petits outils de debuggage très pratiques. Au premier niveau, pour tout le monde, il y a Tag Assistant, une extension Chrome qui affiche les tags trouvés sur un page, ainsi que leur état et même les données transmises. Et pour fouiller plus en profondeur, il y a Google Analytics Debugger, une autre extension qui imprime tous les détails techniques dans la console des outils de développement de Chrome. 

Enfin, utilisateurs de WordPress, réjouissez-vous : Google vient de sortir la bêta d’un plugin qui gère à lui tout seul Search Console, Analytics, AdSense, Tag Manager, Optimize et PageSpeed Insights. 

Google Site Kit pour WordPress

La prochaine fois, nous mettrons les mains un peu plus dans le cambouis en voyant l’interface de l’outil lui-même.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

François

François

Fondateur de l'agence de marketing web Baccon.net et du forum pour Les Usagers De Google En France (ludgef.com)

1 commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :