Le billet de François – Le bonheur avec une montre Wear OS

778 0

Jusqu’à il y a peu, je ne portais jamais de montre ; d’abord, je les perdais, car dès que possible, je les posais, et puis, j’ai un très bon sens du temps qui passe et je trouvais toujours une machine pour me donner l’heure. Mais depuis 2014 et le lancement de Wear OS (anciennement nommé Android OS) je porte une montre connectée.

Au départ, seuls les leaders des téléphones mobiles se sont lancés : LG, Asus, Samsung et Motorola, dont j’ai usé les modèles 1 et 2 de leur Moto 360, la première avec un cadran rond, mais avec une découpe en bas, qui l’on fait appeler “le pneu crevé”. L’ayant reçu en cadeau, je ne savais pas au premier abord quoi en faire ; et puis j’ai très vite compris l’intérêt de la chose : c’est le compagnon idéal de n’importe quel smartphone sous Android.
Les débuts n’ont pas été faciles : interface et fonctions pauvres, et surtout un énorme manque d’autonomie. Je suis donc très vite passé à la Moto 360 version 2 pour gagner un peu de puissance.
Aujourd’hui, certains fabricants de téléphones délaissent les montres alors que les horlogers se mettent au numérique : Casio, Tag Heuer, MontBlanc ou Fossil. Il est certain qu’en cinq ans, le marché n’a pas explosé ; et il a même souffert de la concurrence faite par Apple. Pour ma part, mon choix c’est porté sur la Q Explorist HR de Fossil (trop débile le nom) dont je suis extrêmement content depuis un an. Elle tient assez facilement la journée, surtout si elle a le wifi au lieu de devoir passer par le téléphone en bluetooth et la recharge est pratique et rapide. Et puis, j’aime beaucoup quand le fabricant prend la peine de publier régulièrement des cadrans esthétiques et pratiques.

Alors, qu’est-ce qui fait l’intérêt d’une montre connectée sous Wear OS ? Ne rêvez pas à la montre qui fait tout, comme veut nous le faire croire Apple. L’avantage majeur de l’association Android – Wear OS se situe au niveau des notifications. En effet, la première fonction de ce type de montre est de reporter les notifications du téléphones sur la montre, remplaçant donc les sonneries par des vibrations dans le poignet, c’est bien plus discret. Bien sur, il est possible de filtrer les applications dont les notifications doivent apparaître sur la montre, et ainsi d’éviter les notifications des réseaux sociaux, par exemple. Evidemment, ça fonctionne aussi pour les appels téléphoniques, lesquels peuvent être décroché ou refuser sur la montre, de façon ultra discrète. C’est très pratique pour les services de mini messages, comme les SMS ou Whatsapp, car on peut lire les messages sur la montre sans avoir à sortir son téléphone, et on peut y répondre aussi, soit grâce aux réponse “intelligentes” proposées par le système, ou à défaut en dictant ces réponses à la voix.
Sont également présentes toutes les fonctions liées au temps : rappels, agenda, fuseaux horaires, chronomètre, alarme ou minuteur. Pour ceux que ça intéresse, il y a systématiquement un monitoring de l’activité physique, avec rythme cardiaque, exercices et même le GPS intégré pour certaines montres ; certaines sont plus “sportives” que d’autres. Personnellement, je me sers de ma montre aussi avec Google Maps, soit à pied, soit sur de tout petits trajets en voiture. La montre télécommande les applications multimédia (photo, vidéo, musique) et c’est très pratique quand on écoute de la musique avec des écouteurs de pouvoir passer à la chanson suivante sans avoir à sortir le téléphone.

Certaines montres, comme la mienne, ont même la fonction NFC, ce qui permet, par exemple, de payer avec le poignet. Là, bien évidement, il faut assurer la sécurité de l’accès aux données et fonctions de la montre afin que seul son propriétaire puisse l’utiliser. C’est faisable grâce à un code pin ou un schéma comme sur un téléphone Android. Même si vous n’utilisez pas Google Pay sur votre montre, il est néanmoins chaudement recommandé de la protéger de la sorte car elle peut donner accès à vos données les plus personnelles … ou professionnelles. A l’usage, ce n’est pas contraignant : la montre se bloque automatiquement quand on l’enlève, et elle affiche toujours l’heure ; le code est demandé à la première action, même pour voir les notifications, et ne vous ennuie plus tant qu’elle est portée. Dans l’autre sens, votre montre peut servir de clé de déverrouillage pour votre téléphone, avec la fonction “Smart Unlock”.

Montres Fossil
Montres Fossil

Bref, une montre sous Wear OS, c’est la parfaite extension pour votre téléphone sous Android qui est pratique et qui a un aspect professionnel rien qu’en permettant de gérer ses notifications et appels en silence et avec discrétion. Le bracelet montre est le “wearable” (accessoire technique) le plus ancien et le plus répandu (avec les lunettes, qui sont une autre histoire), il était donc logique de le numériser. Et même si nous en sommes qu’aux prémisses dans le domaine, l’investissement est ridicule car il correspond aux premiers prix des montres de marque.

Si vous avez trouvé une faute d’orthographe, veuillez nous en informer en sélectionnant le texte en question et en appuyant sur Ctrl + Entrée .

François

François

Fondateur de l'agence de marketing web Baccon.net et du forum pour Les Usagers De Google En France (ludgef.com)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rapport de faute d’orthographe

Le texte suivant sera envoyé à nos rédacteurs :